Noé, de Darren Aronofsky

La fin du monde, le déluge. Et si ce n’était que le commencement ? Le film Noé, de Darren Aronosky, sorti début avril 2014, prend à bras le corps le mythe de du-dit Noé. Un péplum plutôt sympa.
Avec Russel Crowe, Emma Watson, Jennifer Connelly, Anthony Hopkins…

Russel Crowe est Noé. Le héros biblique et mésopotamien qui a construit une arche lors du déluge. Le tout, avec une once de fantastique, notamment avec les animaux. Ne vous attendez pas à un film religieux !

Un héros biblique teinté d’obscurité

Un sondage a été mené, récoltant 5 000 réponses, dont 98% d’entre elles s’opposent à l’idée d’une intrusion d’Hollywood dans le récit biblique. « De plus, des spectateurs chrétiens ayant assisté à une pré-projection du film auraient remis en question l’adéquation même du film à l’histoire présente dans le recueil de saintes Ecritures, et réagi négativement face à l’intensité et l’obscurité du personnage principal » (selon Allociné).

En effet, Noé connaît des moments sans générosité humaine. Voire même des moments où il semble sombrer dans une profonde folie. Pour le Créateur, il veut tuer ses petites filles afin de purifier le monde des êtres humains, qui ne doivent plus exister.
Le héros s’enivre ensuite de vin; clin d’oeil au mythe de Noé en Mésopotamie.

Hommes VS Nature

Les Hommes ont tout dévasté : ils polluent, ils sont des milliers les uns sur les autres, ils détruisent les éco-systèmes, mangent de la viande et sont violents. Ils ont perdu la foi en le Créateur, « qui n’a plus rien fait pour (eux)« . Leur partie de la Terre est noire, gluante, comme du goudron brûlant, et teintée de sang rouge sombre.

Noé et sa famille sont les seuls à encore respecter la Nature et le Créateur. Ils cueillent des plantes et baies pour se nourrir, sans en déraciner plus qu’il n’en faut. Ils vivent en communion avec la Nature et protègent les animaux et l’environnement.

Le film s’attache donc aux événements d’aujourd’hui, avec les guerres et autres conflits économiques et environnementaux qui ravagent le monde.

La fin de notre monde 

Être végétarien et protéger l’éco-système serait la solution face à la fin de notre monde ? Voilà ce qu’on pourrait se demander à la vue de Noé.

A l’heure où notre société économique tend à s’effondrer, où les guerres et conflits éclosent partout (Corée du Nord, Ukraine, Centrafrique…) avec toujours un fond de problème économique et social, le film de Darren Aronofsky tombe à pic.
Il ne faut non pas aller vivre dans une montagne, manger des fleurs et câliner des chèvres. Plutôt réfléchir à changer de modèle économique et social. Et ça, même les citoyens lambda peuvent le faire et se battre pour un monde meilleur que celui dans lequel nous baignons et nous nous engluons.

Pour moi, Noé est un film de prise de conscience de la mauvaise pente sur laquelle nous sommes. Et pour vous ?

Publicités

11 réflexions sur “Noé, de Darren Aronofsky

  1. Merci pour ce post, je suis tout à fait d’accord et cela m’encourage à aller le voir, d’autant plus que la première critique que j’ai lue était négative! Et en général, quand les critiques sont mauvaises, le film me plait !!!
    J’espère qu’il permettra une prise de conscience collective ! Espérons !

    J'aime

  2. J’ai vu le film il y a un peu plus d’une semaine maintenant et j’avoue avoir apprécié le fait que Noé ne soit pas un héros que nous pourrions trouver parfait. À part ça, je trouve le « message » concernant l’attitude (néfaste) de l’homme sur le monde assez bizarre dans le film vu qu’au final, la seule solution qui a été trouvée pour que les hommes arrêtent de mettre la pagaille est de tous les tuer, ou presque.

    Du coup, je n’ai pas ressentis une véritable prise de conscience, ça ne m’a pas réfléchir beaucoup. Au final, c’est un film assez banal, divertissant mais il ne m’a malheureusement pas autant touché, il ne m’a pas paru aussi profond à moi qu’à toi 🙂

    Ton article est cool à lire en tout cas !

    J'aime

    • Peut-être aussi car je suis super sensible en ce qui concerne l’environnement, les conflits et l’humanité en général (qu’il n’y a vraiment pas que du bon en nous).

      Cela dit, c’est vrai que ce n’est pas un film sensationnel !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s